Home

Accueil » La collégiale » Histoire » Quelle place dans la cité ? » Charte-loi

Rechercher

Charte-loi

Dès 1142, les droits et obligations respectifs du chapitre et de la population libre de la seigneurie de Soignes sont définis et surtout fixés par une charte-loi. Celle-ci constitue certes un pas important dans l’émancipation de la communauté des bourgeois, ainsi reconnus, mais n’en traduit pas moins le maintien d’une forte autorité seigneuriale, exercée par le chapitre. Il apparaît ainsi que celui-ci contrôle soigneusement tout l’appareil judiciaire et administratif. 

Ainsi, le maire apparaît comme un officier seigneurial, nommé et révocable par le chapitre dont il est le représentant direct. Il est avant tout chargé d’exercer, avec les jurés et les échevins, la justice seigneuriale.

C’est surtout à partir du 14e siècle que la communauté sonégienne va davantage s’affirmer par rapport au chapitre, soit que celui-ci satisfait à certaines demandes, comme la création d’une draperie en 1328, ou associe les bourgeois à certaines décisions, comme celle, en 1365, d’édifier une enceinte pour protéger les habitants et leurs activités.

Les chanoines exerceront une influence importante sur le destin de la cité, auquel ils ne pouvaient demeurer indifférents, ne serait-ce qu’en raison des profits qu’ils en retiraient.

Un site CMS développé par Easy-Concept pour l’ASBL musée du Chapitre - Soignies.
Textes de Caroline et Jacques Deveseleer • Photos Guy Focant login